Je vais donc vous donner aujourd’hui les troix tuyaux qui fonctionnent le mieux pour moi et pour tous ceux à qui je les ai indiqués (professionnellement ou personnellement).

Simples et faciles à mettre en pratique et à utiliser en ordre ou dans le désordre, sans modération.

1. Arrêtez de ruminer

Grâce à une phrase qui est en même temps une philosophe de vie :
« Si votre problème n’a pas de solution pourquoi se stresser et s’il en a pourquoi vous préoccuper ? S. S. le Dalaï-Lama. »

« Non mais, il est gentil le Dalaï-Lama mais il ne connaît pas mes problèmes qui sont terribles, comment peut-il dire de ne pas me préoccuper alors que les impôts me demandent une somme exorbitante. Je n’ai pas cet argent, j’ai toujours payé scrupuleusement mes impôts, je ne comprends pas, c’est totalement fou, je vais me retrouver sans maison, sans rien, alors vous êtes gentille, si avec ça vous ne croyez pas que j’ai des raisons de stresser ? »

Bon, alors voyons ton problème : a-t-il une solution oui ou non ?

« Non, mais franchement, tu ne te rends pas compte, je reçois jusqu’à 5 lettres recommandées/jour, je n’en peux plus. »

Je répète : as-tu réfléchi à la question, y aurait-il ou non des solutions ?

« Non, je suis trop stressée, j’ai peur de finir SDF. »

Alors, il n’y a pas de solution ?

« Non, je n’ai pas dit ça, seulement je suis trop stressée je n’arrive à rien. » Donc, si j’ai bien compris, tu as un problème mais avant de savoir s’il y a une solution, tu t’es déjà rendue malade de stress, tu ne dors plus, tu ne parles plus

que de ça, alors que tu n’as même pas pris une seule minute pour voir si ce problème avait une solution.

« Oui, mais tu ne te rends pas compte et si… »

Et nous allons maintenant écouter sur radio catastrophe, le tube planétaire en faveur du stress qui s’est déjà vendu à des millions et des millions d’exemplaires : La ballade des et si… et si…

Et si je dois payer cette somme… et si je me retrouve à la rue… et si… et si…

Donc, si vous n’avez pas une réponse claire à la question de savoir s’il existe ou non une solution à ce qui vous préoccupe, passez au point n° 2, faites l’exercice et revenez au point 1.

2. Envisagez le pire

« Car le pire arrive rarement (comment pouvez-vous dire une chose pareille ?) »

Eh bien je le dis parce qu’une fois que vous avez envisagé le pire no stress, que voulez-vous qu’il vous arrive de pire puisque vous avez déjà envisagé la pire éventualité. Vous avouerez que c’est plutôt inattendu comme antidote au stress mais je vous garantis que ça marche vraiment et je vais vous raconter une histoire

« Donner des conférences n’a jamais été ma tasse de thé mais il fallait passer en par là pour me faire connaître dans les différents pays où j’animais des séminaires. Donc, me voilà partie au Portugal en train de présenter mon travail. Salle archicomble. Mon fils filmait l’épisode et moi j’avais un trac pas possible. »

Je fredonnais « la ballade des et si… et si… » en boucle dans ma tête…

Et si je dis des bêtises, et si j’ai un trou de mémoire, et si les gens n’aiment pas, et si c’est un fiasco…

Et là je commence l’exercice que vous trouverez en n° 3 pour envisager le pire du pire.

Bon, si c’est un fiasco, qu’est-ce que c’est pour toi le pire du pire du fiasco ? 11

« Eh bien, je n’animerais pas de séminaires à cet endroit-là… et c’est une déception il y a beaucoup de gens qui pourraient être intéressés, et puis les gens vont dire que je ne suis pas à la hauteur… les gens vont parler, critiquer et je n’aime pas ça… je vais me sentir jugée, je vais être vexée, oui je vais être vexée devant mes enfants, mes amis »

3. Habituez-vous à parler avec votre « Moi stressé »

Vous avez lu dans les exemples précédents un dialogue entre deux personnes, la première exposant son problème et l’autre demandant des explications sur le problème. Eh bien ceci est une technique inspirée de la PNL ou de l’Hypnose qui s’appelle « dialogue avec les parties ». Kesako ?

C’est une technique simple qui permet d’aller chercher la raison ou les raisons de l’inquiétude, du stress, de la douleur de la personne hypnotisée ou en consultation. C’est la propre personne qui, petit à petit, va trouver les raisons et les solutions à ses préoccupations et j’ai donc adapté cet exercice ici pour le stress mais ça fonctionne pour tout ce qui, en général, vous pose problème. Vous aller verbaliser trac et angoisse

Méthode que j’ai baptisée « Exercice avec mon alter ego » Comment faire ?

Je conseille toujours de choisir votre nom et un de vos prénoms, ou deux de vos prénoms. Puis déterminez celui qui représentera la partie fixe (le pilier en quelque sorte) et celui auquel vous vous adresserez quand vous aurez besoin de parler avec la partie stressée, en larmes, peureuse, malade, etc.

Par exemple pour moi, c’est Sylviane (celle qui pose les questions) et JUNG mon alter ego du moment, moment qui peut être de colère, de stress, de douleur, etc. mais c’est toujours JUNG.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici